La lutte contre le commerce illégal du tabac est une priorité absolue pour CIMABEL. La Belgique apparaît comme une importante plaque tournante de la contrebande du tabac. Au niveau européen, la Belgique figure dans le top 3. Plus de 91 % des produits commerciaux illégaux saisis en Belgique sont des cigarettes. Il s’agit de plus de 3 millions de paquets par an. La douane réalise très régulièrement des prises de dizaines de millions de cigarettes à chaque saisie. Il s’agit de produits de contrebande, de cigarettes contrefaites et de ce que l’on appelle des ‘illicit whites” (des cigarettes produites légalement hors de l’UE, mais qui ne répondent pas aux normes européennes).

Le commerce illégal est avant tout une atteinte aux caisses de l’État. En 2014, l’État belge a été privé de 94 millions d’euros de recettes en raison du commerce illégal. Le commerce illégal est aussi un problème énorme pour les PME. En raison des accises élevées sur le tabac, elles ne peuvent absolument pas faire concurrence aux contrebandiers et sont donc systématiquement exclues du marché. Comme le tabac constitue une importante source de revenus notamment pour les marchands de journaux, le préjudice économique est de taille. Plus de cent magasins de journaux disparaissent chaque année, et le commerce illégal du tabac en est en grande partie responsable.

Enfin, le commerce illégal constitue également une menace pour le consommateur. Il n’existe aucune garantie que les produits illégaux, qu’ils soient contrefaits ou de contrebande, satisfassent aux règles européennes. D’une manière générale, les cigarettes illégales sont sensiblement plus nocives pour la santé que les produits légaux.

Plaatje illegale handel

Pour plus d’information, voir la Fiche d’Information – Commerce illégal