Les taxes sur les cigarettes représentent une importante source de revenus pour l’État. En 2020, les revenus provenant du secteur du tabac s’élevaient à un peu moins de 3 milliards d’euros. Sur chaque paquet de cigarettes vendu, près de 80 % du prix payé par le consommateur remplit les caisses de l’Etat sous forme de TVA et de droits d’accise. Aucun autre produit de consommation n’est aussi lourdement taxé.

Cependant, lorsque la pression fiscale s’amplifie à ce point, les consommateurs sont susceptibles de rechercher des alternatives. Ils le font soit en achetant leurs produits du tabac dans des pays où ils sont moins chers, soit en s’approvisionnant dans des circuits illégaux.

Dans le premier cas, le consommateur se rend dans l’un des quelque 20 pays européens où les taxes sur le tabac sont moins élevées qu’en Belgique, pour y faire un stock de cigarettes – et ce, en toute légalité. Il arrive souvent par exemple que les cigarettes consommées en Belgique ont été achetées au Luxembourg ou dans des destinations de vacances typiques du sud de l’Europe comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce et le Portugal.

Le problème est cependant nettement plus grave lorsque le consommateur se tourne vers le marché noir : non seulement cela représente une baisse de rentrées pour le gouvernement et les commerçants, mais en outre, les consommateurs courent des risques supplémentaires étant donné que les produits illégaux échappent à tout contrôle et contiennent souvent des substances nocives et / ou interdites.

En résumé, les taxes sur les produits du tabac peuvent contribuer à une politique de réduction du tabagisme. Mais ce n’est pas une solution miracle. Cela ne fonctionne que si les augmentations de taxes suivent le rythme de l’inflation et ne sont donc pas perçues comme excessives. Dans le cas contraire,, elles manqueront la cible et conduiront à des comportements évasifs et d’évitement de la part des consommateurs.

Acijnzen op tabak