Les taxes sur les cigarettes constituent une importante source de revenus pour l’État. Sur chaque paquet de cigarettes vendu, plus de 75 % du prix que paie le consommateur va au Trésor. Cela n’est comparable à aucun autre produit de consommation. Toutefois, lorsque la pression fiscale est exagérément élevée, le risque existe que les consommateurs se mettent en quête d’alternatives. Ils ont deux options à cet effet : acheter leur tabac dans un pays où il est moins cher ou s’approvisionner dans les filières illégales.

Dans le premier cas, le consommateur se rend dans un des 20 pays européens où les taxes sur le tabac sont moins élevées qu’en Belgique, pour s’y approvisionner – tout à fait légalement – en cigarettes.

Le problème est encore plus important lorsque le consommateur se tourne vers le marché noir : non seulement l’État et les commerçants sont-ils privés de toutes les recettes, mais les consommateurs encourent davantage de risques du fait que les produits illégaux échappent à tous les contrôles et contiennent souvent des substances nocives et/ou interdites.

Acijnzen op tabak